ACCUEIL
Jour après jour / semaine 4
Du 27 octobre au 02 novembre

Lundi, deuxième jour de la fête de Tihar, les chiens que nous croisons ont reçu ce matin la tika, bénédiction hindoue qui se traduit par une marque rouge sur le front. La plupart ont aussi un collier d’œillets d’Inde autour du cou. Grève des employés des casinos : le gouvernement veut interdire les gens de hasard aux Népalais et n’autoriser à jouer que les touristes. Les grévistes bloquent la plupart des bus et des auto-rickshaws. Longue marche avant de trouver un mini-bus pour nous emmener à l’est de la capitale. Nous découvrons le processus de fabrication du papier dans un atelier traditionnel. Les feuilles de papier sont principalement réalisées à partir de l’écorce du daphné, arbre qui pousse dans la chaîne himalayenne. En début d’après-midi, nous rejoignons à pied le sanctuaire bouddhiste de Bodnath. Toujours dans le sens des aiguilles d’une montre, bouddhistes et touristes avancent autour du stupa.

Mardi, deuxième jour de Tihar, les Hindouistes honorent les vaches. Dans deux lieux différents, nous assistons au rituel : ceux qui n’ont pas de vache vont honorer celle du plus proche voisin qui en possède une. Ainsi, Raju Shrestha et deux de ses filles apportent aux vaches de leurs voisins des feuilles d’épinards, des bougies, des œillets d’Inde.  Raju Shrestha appose une tika sur le front de la vachette et lui met de la poudre rouge carmin sur le dos. Ils ont la chance d’être là au moment où la vache urine, alors le père s’asperge d’un peu d’urée puis en asperge ses filles. Il collecte ensuite un peu de bouse : elle leur servira à purifier la maison ce soir afin d’accueillir Laxmi, déesse de la prospérité. Le soir, en danses et en musique, les jeunes moines bouddhistes du monastère Sangye Chholing fêtent avec nous la venue de Laxmi.

A 6h le mercredi matin, nous sommes au Durbar Square de Katmandou, la Place Royale. Les marchands installent leurs étals de fruits et légumes, à même le sol ou sur les marches des temples. Hommes et femmes rendent hommage aux dieux, en allant les saluer dans leurs temples et en récitant de courtes prières. Tintement des cloches. Le soleil monte doucement dans le ciel.

Nous avons sympathisé avec Silvia, une Autrichienne qui loge au même endroit que nous. Jeudi, elle nous accompagne au Durbar Square de Patan. Cette ville était autrefois une des trois cités royales de la vallée, au même titre que Katmandou et Baktapur. Ce jeudi, les rues de Patan sont quasiment désertées par les Népalais. Ils célèbrent dans leur famille la fête des lumières et le nouvel an newar.

Vendredi et samedi, nous avançons sur notre travail de reportage et commençons à mettre en place l’un des diaporamas qui fera l’objet des conférences à notre retour.

Dimanche, accompagnée de Michel et Krisna, je retourne à l’école privée de Shubhadeep. Les enfants rentrent des quelques jours de vacances accordées à l’occasion de Tihar. A 10h, rassemblés dans la cour, ils entonnent l’hymne national. Nous passons la matinée à l’école : Michel prend des photos des enfants, tandis que je réalise des enregistrements et pose quelques questions aux institutrices pour en apprendre davantage encore sur le fonctionnement de leur établissement.